Maison et loisirs

2 décembre 2018 - Le jour d'Avdeev "enferme" le foyer des mauvais esprits. Le rite du jour

  • Email
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Marchés de l'après-midi:Ce qui se passe à l'expiration d'une période de blocage peut en dire long sur une entreprise.

La lettre d’aujourd’hui, Morning Brew, contient des informations intéressantes sur les actions de Beyond Meat et GrubHub:

«Les actions de Grubhub ont perdu plus de 43% après un rapport alarmant sur les bénéfices publié lundi soir. Au-delà de la viande, le stock a également connu une journée terrible, avec une chute de plus de 22%. Pas une coïncidence: une restriction à la vente d'actions levée hier. ”

Cet après-midi, nous nous concentrons sur ce qui se passe avec Beyond Meat. Ce qui est arrivé à GrubHub est intéressant, mais ce qui se passe avec la compagnie de viande fausse préférée de tout le monde est une illustration de quelque chose que nous devons surveiller.

Une chute de 22% est une baisse importante, qui peut être attribuée au moins en partie au fait que les premiers actionnaires de Beyond Meat ont vendu leurs actions maintenant qu’ils sont autorisés à le faire. En d'autres termes, sa période de blocage a expiré.

Qu'est-ce qu'une période de blocage?

Une restriction à la vente d’actions correspond à une période de blocage ou à une période au cours de laquelle les employés, fondateurs ou autres personnes qui détenaient des actions avant leur introduction en bourse ne peuvent pas vendre ces actions.

Selon Investopedia, les périodes de blocage durent généralement entre 90 et 180 jours après l’introduction en bourse d’une société. Elles existent pour empêcher les investisseurs d’inonder le marché de nombreuses actions, ce qui pourrait faire chuter le cours de l’action. En outre, si les investisseurs commençaient immédiatement à vendre leurs actions lorsqu'une société devenait publique, l'optique serait médiocre: les employés et les investisseurs réduiraient leurs pertes plus tôt, ce qui pourrait affecter le cours des actions.

Pour être clair, les périodes de blocage sont bonnes dans la mesure où elles tentent de maintenir le marché équitable et d’empêcher toute perturbation précoce d’un stock. Mais quand ils se lèvent, nous pouvons en apprendre davantage sur ce que les initiés pensent de la société en question, s’ils abandonnent leur stock, ce qui en déprime la valeur, c’est un point de données.

Le petit guerrier, p.2

La porte d'entrée se ferma doucement derrière la soirée théâtrale. Le dîner était fini et Parker venait d'aider l'expédition à sortir de la place. Sensible à l'ambiance, il avait trouvé sa part du dîner un peu difficile. Le repas avait été tendu et ce qu'il aimait était une conversation et tout le monde s'amusait.

"Ellen!" appela Parker alors qu'il descendait le couloir vers la salle de vidange. "Ellen!"

Mrs Parker apparut dans la cuisine en s'essuyant les mains. Son travail pour la soirée, comme celui de son mari, était terminé. À l’heure actuelle, ce qu’on appelle techniquement une "fille utile" venait faire la vaisselle, laissant ainsi la soirée libre pour des rapports sociaux. Ce soir-là, Mme Parker avait fait bonne figure auprès de ses clients. Elle souhaitait maintenant discuter tranquillement avec Parker devant un verre du porto de Freddie Rooke.

"Ils sont partis, Horace?" demanda-t-elle en le suivant dans la salle à manger.

Parker choisit un cigare dans la cave de Freddie, le fit craquer contre son oreille, le sentit, coupa l'extrémité et l'alluma. Il prit le café et remplit le verre de sa femme, puis se mélangea avec un soda.

"Jours heureux!" dit Parker. "Oui, ils sont partis!"

"Je n'ai pas vu sa femme."

"Tu n'as pas manqué grand chose! Un spécimen méchant et dangereux, elle l'est!" Toujours immobile et brillante ", je ne le pense pas. J'aurais aimé que mon travail soit de les attendre, Ellen, et moi avons été celle-là rester dans les cuisines à l'abri de tout cela. C'est tout ce que je dis! Ce n'est pas un plaisir de m'apporter 'et les plats quand l'atmosphère est ce que vous pourriez appeler électrique. Je ne les envie pas votre vol-au-vent, Ellen, bien comme il se sentait fondu. Mieux vaut un dîner d '«repas» où l'amour est plus qu'un bœuf bloqué et «atré avec ça», dit Parker en se servant une noix.

"Ils avaient des mots?"

Parker secoua la tête avec impatience.

"Ce genre-là n'a pas de mots, Ellen. Ils s'assoient et se masquent."

"Comment sa femme a-t-elle semblé se marier avec Miss Mariner, Horace?"

Parker poussa un rire sec.

"Vous avez déjà vu un couple de chiens étranges qui se surveillaient les uns les autres? C'étaient eux! Ce n'est pas que Mlle Mariner n'était pas si agréable et si gentille. Elle va bien, Mlle Mariner va. Elle est une petite reine! Ce n'était pas le cas." sa faute, le dîner sur lequel vous aviez pris tant d’ennui ressemblait davantage à une soirée à la Morgue qu’à un dîner chrétien. Elle était bien décidée à faire tout ce qui était en son pouvoir. Mais quoi avec Sir Derekchewing, sa lèvre du temps et sa mère En tant que compagnon comme une pinte de glace, elle n'avait aucune chance. Quant à theguv'nor, - eh bien, j'aurais aimé que vous puissiez le voir, c'est tout. Vous savez, Ellen, parfois je ne le suis pas L'équilibre mental de theguv'nor est facile à comprendre. Il sait comment acheter des cigares et vous me dites que son porto est bon - je ne le touche jamais moi-même - mais parfois, il semble avoir envie de se débarrasser de son oignon. , pensa-t-il, tout au long du dîner, semblant s’attendre à ce que la bonne nourriture se lève et se morde au visage, et saute nerveuse quand je lui parle. ot ma faute ", a déclaré Parker, lésé. "Je ne peux pas avertir les messieurs avant de leur demander s'ils auront du sherry ou du jarret. Je ne peux pas sonner un fan ou un corne pour leur montrer que je viens. C'est à moi de me pencher et de murmurer à leur oreille et ils n’ont pas le droit de sauter dans leur siège et de me faire renverser du bon vin. (Vous verrez l’endroit près de là où vous êtes assis, Ellen. Jogged mon poignet, il l’a fait!) Je voudrais savoir pourquoi les gens dans la lance de la vie dans laquelle ces gens se trouvent ne peuvent pas se comporter de façon rationnelle, comme nous. Quand nous sortions et que je vous emmenais prendre le thé avec ma mère, c’était l’un des repas les plus agréables que j’ai jamais mangé. C'était un festin d'alove! "

"Votre mère et moi nous sommes échangés dès le début, Horace", dit doucement Mme Parker - "C'est la différence."

"Eh bien, n'importe quelle femme sensée irait voir Mlle Mariner. Si je vous disais que j'ai failli renverser la saucière par accident sur la tête de ce vieux fossile, vous seriez surpris, Ellen. Elle vient de sonner comme un vieil aigle. Si vous me demandez mon avis, Mlle Mariner a une longue vue trop belle pour son fils précieux! "

"Oh, mais Horace! Sir Derek est un baronnet!"

"Qu'en est-il? Les bonnes oreilles sont plus que des couronnes et une simple foi que le sang de Norman, n'est-ce pas?"

"Tu parles de socialisme, Horace."

"Non, je ne le suis pas. Je parle bien. Je ne sais pas qui les parents de Miss Mariner ont pu être - je ne me suis jamais renseigné - mais tout le monde peut voir qu'elle est née et a grandi dans le Alady. Mais supposez-vous le chemin du vrai amour va bien se dérouler, malgré tout? Pas ça! Elle a encore du temps devant elle, cette pauvre fille. "

"Horace!" Le cœur tendre de Mme Parker était tordu. La situation évoquée par son mari n'était pas nouvelle. En fait, elle constituait la base d'au moins cinquante pour cent des histoires de True Heart NoveletteSeries, dont elle était une lectrice déterminée, mais elle n'avait jamais manqué de la toucher. "Pensez-vous que sa femme signifie venir entre eux et détruire leur amour?"

"Je pense qu'elle veut faire un très bon essai."

"Mais Sir Derek a son propre argent, n'est-ce pas? Je veux dire, ce n'est pas comme si Sir Courtenay Travers était tombé amoureux de la laitière et dépendait de sa mère, la comtesse, pour tout. Sir Derek peut se permettre de faire ce qu'il plait, n'est-ce pas?

Parker secoua la tête avec tolérance. L'excellence du cigare et les qualités de soulagement du whisky et du soda l'avaient fait travailler, et il se sentait moins ébouriffé.

"Vous ne comprenez pas ces choses," dit-il. "Des femmes comme l'héritage peuvent parler d'un homme avec n'importe quoi et n'importe quoi. Je ne m'en soucierais pas, seulement vous pouvez voir que la pauvre fille est folle du chasseur. Ce qu'elle trouve attrayant en lui, je ne peux pas le dire, mais c'est sa propre affaire . "

"Il est très beau, Horace, avec ses yeux qui clignotent et sa sternmouth", a déclaré Mme Parker.

"Fais comme tu veux," dit-il. "Ce n'est pas un plaisir pour moi de voir ses paroles clignoter, et s'il se servait mieux de sa gueule sévère que de conseiller au gardien de verrouiller les cigares et le pantalon, je serais plus heureux. S'il y en avait un chose que je ne peux pas supporter ", a déclaré Parker," il ne faut pas se fier! " Il leva son cigare et le regarda avec censure. "C'est ce que je pensais! Brûler tout d'un côté. Ils le feront si vous les allumez avec négligence. Oh, eh bien" continua-t-il, se levant et se dirigeant vers la cave, "il y a bien d'autres choses qui viennent de là. Du mal vient le bien, "a déclaré Parkerphilosophically. "Si le guide n'avait pas été dans un état aussi assourdi ce soir, il se serait rappelé de ne pas laisser la clé dans le trou de la serrure. Aidez-vous à un autre verre de porto, Ellen, et amusons-nous!!"

Lorsque l’on considère combien ses problèmes sont remplis, qu’il est généralement comblé par le joueur moyen lorsqu’il entre dans un théâtre, il est remarquable que les auteurs dramatiques puissent toujours détourner et divertir des audiences entières pendant plusieurs heures. En ce qui concerne au moins trois de ceux qui s'étaient réunis pour assister à sa représentation d'ouverture, l'auteur de "Tried by Fire", au Leicester Theatre, avait sans aucun doute son travail pour lui.

Les remarques de Parker, le valet de chambre, ont peut-être suffi à indiquer que le petit dîner chez Freddie Rooke n’a pas été un succès sans précédent. En cherchant dans les archives un spectacle suffisamment sombre pour le trajet en taxi jusqu'au théâtre qui l'a suivi, on ne peut que penser à la retraite de Napoléon de Moscou. Et pourtant, cela ne s'est probablement pas fait dans un silence de mort. Il devait y avoir des moments où Murat avait une bonne chose ou Ney disait quelque chose d'intéressant à propos de la météo.

Le seul membre du parti qui était même heureux à un point quelconque était, assez curieusement, Freddie Rooke. À l’origine, Freddie avait obtenu trois billets pour «Jugé par le feu». L’arrivée imprévue de LadyUnderhill l’avait obligé à en acheter un quatrième, séparé par plusieurs rangées des trois autres. Comme il l'avait dit à Derek au petit-déjeuner, c'était le siège qu'il se proposait d'occuper.

Dans ce monde difficile, le philosophe est obligé de réfléchir que même si l'homme est né pour le chagrin alors que les étincelles montent, il est toujours possible que de petites choses le rendent heureux. La pensée d'être plusieurs rangées loin de Lady Underhill avait restauré la sérénité de Freddie comme un tonique. Cela le ravissait comme les accents d’un grand hymne jusqu’au théâtre. Si Freddie Rooke avait demandé à ce moment-là de définir le bonheur en quelques mots, il aurait répondu que cela consistait à se trouver à plusieurs rangs de Lady Underhill.

/> Le théâtre était presque plein quand la fête de Freddie arriva. Le théâtre Leicester avait été loué pour la saison par le tout nouveau chevalier théâtral, Sir Chester Portwood, qui avait de nombreux adeptes et, quel que soit le sort de la pièce dans le dernier numéro, il ferait au moins une nuit de travail. Les étals étaient en flammes avec des bijoux et craquaient sous des chemisiers empesés, et des clients coûteux volaient dans les airs, opposant une bataille acharnée à la menthe poivrée qui venait de la fosse. Les cartons étaient remplis et, dans la galerie, les spectateurs du drame, qui avaient payé leur chèque à la porte et voulaient obtenir un shilling de valeur en retour, s'assirent et attendirent impatiemment le rideau de rideau.

Les premières nuits au théâtre excitaient toujours Jill. La dépression provoquée par l'absorption de nourriture et par la tentative de conversation en présence de Lady Underhill la quitta. Le pire, se dit-elle, était arrivé. Elle avait rencontré la mère de Derek et celle-ci ne l'aimait pas du tout. Eh bien, c'est ce que Parker aurait dit. Maintenant, elle voulait juste s'amuser. Elle aimait le théâtre. Le remue-ménage, le bourdonnement de la conversation, la chaleur et la vie qu’elle a vécue ont tous touché une corde sensible qui a rendu la dépression impossible.

Les lumières se sont levées derrière le rideau. Les lumières de la maison s'éteignirent. La conversation cessa. Le rideau se leva. Jill se glissa confortablement dans son siège et glissa sa main dans celle de Derek. Elle sentit une lueur de bonheur lorsqu'elle se referma sur la sienne. Tout, se dit-elle, avait raison avec le monde.

Tout, c'est-à-dire sauf le drame qui se déroulait sur le plateau. C’était l’une de ces pièces qui commençaient mal et ne se remettaient jamais. À la fin des dix premières minutes, le théatre était envahi par la sensation de malaise qui régnait sur le public lors d’une performance d’ouverture, quand il se rendait compte qu’il allait s’ennuyer. Une léthargie s'était emparée des étals. La robe-cercle était toux. Dans la galerie, il y avait un silence sinistre.

Sir Chester Portwood était un acteur-manager qui avait fait sa réputation dans une comédie légère de l'école des tasses à thé. Ses nombreux admirateurs ont assisté à une première soirée à son théâtre dans une atmosphère d'anticipation confortable, assuré de quelque chose d'agréable et de mousseux avec beaucoup de dialogue brillant et pas trop de complot. Ce soir, il semblait être tombé sous le charme de cet esprit d'ambition qui, par intermittence, attaquait les gérants de sa classe, s'exprimant dans une tentative de prouver que, s'étant bien établis en tant que comédiens légers, ils pouvaient, comme la récitante, se retourner et être sérieux. . La chose dont le public londonien a le sentiment qu’elle est à l’abri dans une pièce de Portwood est la lourdeur, et "Jugé par le feu" est extrêmement pesant. C’était un drame poétique et le public, bien qu’il fît tort à quiconque de faire une injustice, commençait à soupçonner qu’il était écrit en vers vierge.

Le jeu d'acteur n'a rien fait pour dissiper le malaise croissant. Sir Chester, lui-même, apparemment opprimé par la lourdeur de l'occasion et par la responsabilité d'offrir une marque inconnue de produits à sa population, avait abandonné sa méthode habituelle de distribution de lignes debonair et prononçait ses discours. C'était bien gargariser, mais badelocution. Et, pour une raison qui lui était mieux connue, il avait confié le rôle de l’héroïne à une demoiselle en forme de poupée avec un souffle, dont le public désapprouvait sévèrement l’entrée initiale.

C’est à peu près au milieu du premier acte que Jill, qui avait commencé à perdre son attention, entendit un léger gémissement à ses côtés. Les sièges que Freddie Rooke avait achetés se trouvaient à la fin du septième rang. Il y avait seulement un autre siège dans la rangée et, alors que Derekhad plaçait sa mère à sa gauche et était assis entre elle et Jill, ce dernier avait ce siège à sa droite. Le rideau était vide, mais au cours des dernières minutes, un homme y avait glissé silencieusement. Les ténèbres ont empêché Jill de voir son visage, mais il était évident qu'il souffrait et sa sympathie lui a été chaleureuse. Son opinion sur la pièce coïncidait si manifestement avec la sienne.

Le premier acte a pris fin et les lumières se sont éteintes. Il y eut une vague d'applaudissements sincères des échoppes, retentissant dans le cercle de robes. Elle s'est estompée dans le cercle supérieur et n'a pas du tout atteint la galerie.

"Bien?" dit Jill à Derek. "Qu'en pensez-vous?"

"Trop affreux pour des mots", dit Derek sévèrement.

Il se pencha pour se joindre à la conversation qui avait commencé entre Lady Underhill et des amis qu'elle avait découverts dans les sièges à l'avant, et Jill, en se retournant, s'aperçut que l'homme de herright la regardait attentivement. C'était un homme grand, à la peau rugueuse, au poil dur et à la bouche pleine d'humour. Son âge semblait être quelque part dans la vingtaine. Jill, dans le bref moment où leurs yeux se rencontrèrent, décida qu'il était laid, mais avec une laideur plutôt séduisante. Il lui rappelait l'un de ces grands chiens déguisés et poilus qui cassent des objets dans les salons mais sont des compagnons admirables sur la route. Elle avait l’impression qu’il aurait meilleure mine dans un champ que dans une tenue de soirée dans un théâtre. Il avait de beaux yeux. Ils ne pouvaient pas distinguer leur couleur, mais ils étaient francs et amicaux.

Tout cela a été noté par Jill avec sa rapidité habituelle, puis elle a regardé de côté. Pendant un instant, elle avait eu le sentiment étrange d'avoir quelque part rencontré un homme ou un homme très semblable à lui auparavant, mais l'impression était finie. Elle avait également l’impression qu’il la regardait toujours, mais elle la regarda avec calme et ne chercha pas à confirmer ses soupçons.

Entre eux, assis côte à côte, s'inscrivirent soudain le visage d'un air de remords rose de Freddie Rooke. Freddie, qui avait prudemment hésité dans l'allée jusqu'à ce qu'il soit clair que l'attention de LadyUnderhill était attirée ailleurs, avait occupé un siège dans la rangée derrière qui avait été temporairement laissé vacant par un propriétaire qui avait pris un rafraîchissement entre les actes. Freddie se sentait profondément honteux de lui-même. Il a estimé qu'il avait commis un bloomer d'une magnitude non négligeable.

"Je suis terriblement désolé pour ça", dit-il pénitemment. "Je veux dire, tu veux écouter cet affreux tosh! Quand je pense que je pourrais avoir une place aussi bien pour une demi-douzaine de comédies musicales, je me sens comme de me donner un coup de pied avec vim. Mais honnêtement, comment devais-je Je n'avais jamais imaginé que nous allions être laissés tomber dans ce genre de choses. Les pièces de théâtre de Portwood sont généralement si pointillées, si vives et accrocheuses et tout ça. Je ne peux pas penser à ce qu'il était en train de faire. bords!"

L'homme à la droite de Jill éclata de rire.

"Peut-être, a-t-il dit," le fou qui a écrit l'article s'est échappé de l'asile assez longtemps pour avoir l'argent nécessaire à sa production. "

S'il y a une chose qui effraie le Londonien bien élevé et le jette hors de son équilibre, il doit être traité de manière inattendue par un étranger. Le sens de la décence de Freddie était révolté. Une voix de la tombe aurait difficilement pu le secouer davantage. Toutes les traditions auxquelles il avait été fait partaient pour renforcer sa conviction qu'il ne s'agissait pas de rien. Absolument cela n'a pas été fait. Oui, pendant un tremblement de terre ou un naufrage et éventuellement le jour du jugement. Mais alors seulement. À d’autres moments, à moins qu’ils ne désirent un match, de l’heure ou quelque chose du genre, les chappis ne parlent pas à des types à qui ils n’ont pas été présentés. Il était beaucoup trop aimable pour admirer l'homme, mais il était hors de question de continuer avec cette scène dégradante. Il n'y avait que ça pour voler.

"Oh, oui," marmonna-t-il. "Bien", ajouta-t-il à Jill, "Je suppose que je pourrais très bien revenir en arrière. A plus tard, etc."

Et avec un faible 'Au revoir-ee!' Freddie s'est enlevé, vraiment ravi.

Jill regarda Derek du coin de l'œil. Il était toujours occupé par les personnes à l'avant. Elle se tourna vers l'homme de herright. Elle n'était pas l'esclave de l'étiquette que Freddie était. Elle était trop intéressée par la vie pour s'abstenir de parler à des inconnus.

"Vous l'avez choqué!" elle a dit, fossettes.

"Oui. Ça a tout cassé, Freddie, n'est-ce pas!"

C'était au tour de Jill d'être surprise. Elle le regarda avec étonnement.

"C'était _ Freddie Rooke, n'est-ce pas? Je ne m'étais sûrement pas trompé?"

"Mais - le connais-tu? Il n'avait pas l'air de te connaître."

"Ce sont des tragédies de la vie. Il m'a oublié. Mon ami d'enfance!"

"Oh, tu étais à l'école avec lui?"

"Non. Freddie est allé à Winchester, si je me souviens bien. J'étais à Haileybury. Notre connaissance était limitée aux vacances. Mon peuple habitait près de lui dans le Worcestershire."

"Worces
tershire! "Jill se pencha en avant avec enthousiasme." Mais je m'utilisais près de Freddie dans le Worcestershire moi-même quand j'étais petit. Je suis à genoux quand il était petit. Nous avons dû nous rencontrer! "

"Nous nous sommes bien rencontrés."

Jill plissa le front. Cet étrange regard familier était dans son regard. Mais la mémoire n'a pas répondu. Elle secoua la tête.

"Je ne me souviens pas de toi," dit-elle. "Je suis désolé."

"Peu importe. Peut-être que le souvenir aurait été douloureux."

"Comment voulez-vous dire, douloureux?"

"Eh bien, en regardant en arrière, je peux voir que j’ai dû être un enfant très désagréable. J’ai toujours pensé que c’était grandement au crédit de mes parents de me laisser grandir. Il aurait été si facile d’avoir abandonné quelque chose de lourd une fenêtre. Ils ont dû être tentés cent fois, mais ils se sont abstenus. Oui, j’étais un grand ennemi de la maison. Mon seul point rédempteur était la façon dont vous aviez expédié!

"Oh, oui. Tu ne l'avais probablement pas remarqué à l'époque, car j'avais un moyen formel d'exprimer mon adoration. Mais tu restes la plus brillante mémoire d'un jeune homme en damier."

Jill scruta son visage avec des yeux graves, puis secoua la tête. "Rien ne bouge?" demanda l'homme avec sympathie.

"C'est trop exaspérant! Pourquoi on oublie des choses?" Elle réfléchit. "Tu n'es pas Bobby Morrison?"

"Je ne le suis pas. De plus, je ne l'ai jamais été!"

Jill a plongé dans le passé une fois de plus et a émergé avec une autre possibilité.

"Ou Charlie - Charlie qu'est-ce que c'était? - Charlie Field?"

"Tu m'as blessé! As-tu oublié que Charlie Field portait des costumes de velours LordFauntleroy et de longues boucles dorées? Mon passé ne me fait pas sourire, rien de ce genre."

"Est-ce que je me souviendrais de votre nom si vous me l'aviez dit?"

"Je ne sais pas. J'ai oublié le tien. Ton nom de famille, c'est-à-dire. Bien sûr, tu te souviens que ton prénom était Jill. Il a toujours semblé être le plus beau monosyllabe de la langue." Il regarda pensivement. "C'est étrange de voir à quel point vous avez modifié l'apparence. Freddie est identique, mais plus grand. Et il ne portait pas de lunettes ces jours-ci, même si je peux voir qu'il était lié plus tard. Et pourtant "Vechanged tellement que vous ne pouvez pas me placer. Cela montre quelle vie porter doit avoir conduit. Je me sens comme Rip van Winkle. Vieux et flétri. Mais c'est peut-être juste le résultat de regarder cette pièce."

"C'est assez terrible, n'est-ce pas?"

"Pire que ça. En regardant cela avec passion, je trouve que c'est le bord extrême, déchiqueté, le plus éloigné de la limite. Freddie en avait la description exacte. C'est un grand critique."

"Je pense vraiment que c'est la pire chose que j'ai jamais vue."

"Je ne sais pas ce que tu as vu jouer, mais je sens que tu as raison."

"Peut-être que le deuxième acte est meilleur", dit Jill avec optimisme.

"C'est pire. Je sais que ça ressemble à de la vantardise, mais c'est vrai. Je me sens comme me lever et faire des excuses publiques."

Jill est devenue écarlate. Un soupçon monstrueux l'avait balayée.

"Le seul problème, c’est," poursuivit son compagnon, "que le public me lyncherait sans aucun doute. Et, même si cela semble invraisemblable au moment présent, il se peut que la vie soit remplie de bonheur pour une méta mérite d’attendre. En tout cas, je préférerais ne soyez pas déchiré d'un membre, une finition en désordre! Je peux juste les voir me déchirer en un semblant de fureur parfaitement justifiable. "Elle m'aime!" Au large vient une jambe. «Elle ne m'aime pas! Au large vient un bras. Non, je pense que dans l'ensemble, je serai bas. En plus, pourquoi devrais-je m'en soucier? Laissez-les souffrir. C'est leur faute. Ils "viendraient"!

Jill avait essayé d'interrompre la harangue. Elle était très inquiète.

"Est-ce que vous avez écrit la pièce?"

"Vous avez parfaitement raison de parler avec ce ton horrifié. Mais, entre nous et étant entendu que vous ne vous levez pas, vous ne dénoncez pas, je l'ai fait."

"Pas à moitié aussi désolé que je suis, crois-moi!"

"Je veux dire, je ne l'aurais pas dit ..."

"Peu importe. Tu ne m'as rien dit que je ne savais pas." Les lumières ont commencé à descendre. Il se leva. "Eh bien, ils sont repartis. Peut-être que tu me parleras? Je ne me sens pas tout à fait en mesure d'aider plus longtemps au réveil. Si tu veux que quelque chose occupe ton esprit lors du prochain acte, essaie de te rappeler de mon nom."

Il a glissé de son siège et a disparu. Jill s'est accrochée à Derek.

"Oh, Derek, c'est trop horrible. Je viens de parler à l'homme qui a écrit cette pièce, et je lui ai dit que c'était la pire chose que j'ai jamais eue!"

"As tu?" Derek renifla. "Et bien, il est temps que quelqu'un le lui dise!" Une pensée sembla le frapper. "Pourquoi, qui est-il? Je ne savais pas que tu le connaissais."

"Je ne le sais pas. Je ne connais même pas son nom."

"Son nom, selon le programme, est John Grant. Jamais entendu parler de lui auparavant. Jill, j'aimerais que vous ne parliez pas à des personnes que vous ne connaissez pas", a déclaré Derek avec une note d'énervement dans la voix. "Vous ne pouvez jamais dire qui ils sont."

"Surtout avec ma mère ici. Tu dois faire plus attention."

Le rideau se leva. Jill a vu la scène avec confusion. Dès son enfance, elle n'avait jamais pu se guérir d'une sensibilité malheureuse lorsqu'elle était vivement exprimée par ceux qu'elle aimait. Un monde de réprimande qu’elle pouvait affronter avec un cœur corpulent, mais il n’y avait toujours eu qu’un ou deux personnes dont le mot de censure le plus léger pouvait l’écraser. Son père avait toujours eu cet effet sur elle, et maintenant Derek avait pris sa place.

Mais s'il n'y avait eu que le temps de s'expliquer. . . Derek ne pouvait pas lui opposer de bavarder avec une amie de son enfance, même si elle l'avait complètement oublié et ne se souvenait plus de son nom, même maintenant. John Grant? Memory n’a produit aucun enfant mineur, John Grant, pour son inspection.

En perdant de vue ce problème, Jill a manqué une bonne partie du début du deuxième acte. C'était un détachement que le reste de l'auditoire aurait volontiers partagé. Car le drame poétique, après un mauvais début, s’enfonçait à présent dans de pires profondeurs de matité. La toux était devenue presque continue. Les stands, soutenus par la présence de nombreuses personnes parmi les amis personnels de Sir Chester, luttaient pour maintenir un semblant d'intérêt, mais la fosse et la galerie avaient clairement perdu espoir. Le critique d'un hebdomadaire de la petite circulation, qui avait été poussé dans les rangs supérieurs, grimace d'une phrase crispée la phrase "reçu avec apathie" dans son programme. Il était venu au théâtre ce soir-là avec une humeur déréglée, car les directeurs le mettaient généralement dans l'habillage. Il sortit à nouveau son crayon. Une autre phrase lui vint à l'esprit, admirable pour l'ouverture de son article. "Au Leicester Theatre", écrit-il, "où Sir ChesterPortwood présenta" Essayé par le feu ", la douceur régna à la perfection ..."

Mais tu ne sais jamais. Appelez pas de soirée ennuyeux jusqu'à ce que ce soit fini. Même si ses débuts n’avaient pas d’intérêt, cette nuit-là devait être aussi animée et excitante que le public le souhaiterait, une soirée dans laquelle on pourrait se retrouver et discuter. Car tout comme le critique de LondresGossip a écrit ces mots accablants dans son programme, guidant son crayon avec incertitude dans le noir, une odeur à la fois curieuse et familière envahit la maison.

Les stands l'avaient pris en premier et reniflaient. Il s'est approché du cercle de robe, et le cercle de robe a reniflé. En flottant, il frappa la galerie silencieuse. Et, tout à coup, revenant à la vie avec un seul trouble, la galerie cessa de se taire.

Sir Chester Portwood, parcourant un long discours, s'arrêta et regarda par-dessus son épaule. La fille au lisp, qui avait écouté d'une manière superficielle le long-bec, cria fort. La voix d'une main de scène invisible appela à son tour un "Bill" invisible pour se faire entendre. Et du côté de la scène, du côté prompt, il s'enroula paresseusement sur la scène avec une traînée de fumée noire.

"Juste," dit une voix au coude de Jill, "ce dont le jeu avait besoin!" L'auteur mystérieux était de retour à sa place.

2019: L'année de la Licorne

Cette année a été une année charnière pour les licornes devenues publiques. Nous avons vu des startups bien connues comme Uber, Lyft et Peloton entrer sur les marchés publics. Pour les sociétés dont les périodes de blocage n’ont pas encore expiré, il sera intéressant de voir ce qui se passera lorsque la restriction de négociation sera levée.

Prenez Uber par exemple. La société a connu une introduction en bourse décevante en mai, lorsque ses actions ont ouvert leur premier jour de négociation à 42 $ l'action, inférieur au prix de l'introduction en bourse de 45 $ l'action. Il a clôturé son premier jour de négociation à 41,57 $. Depuis lors, ses actions ont été un peu excitantes - il se négociait à 33,75 $ aujourd'hui.

La période de blocage d’Uber prend fin le 6 novembre. L’expiration de la période de blocage entraînera une inondation d’actions d’employés et d’investisseurs frappant le marché, soit un coup de pouce bien nécessaire pour ses actions. Bien que la performance des actions d’Uber n’ait pas été excellente, il convient de noter que les actions de Lyft ont augmenté le jour de l’expiration de sa période de blocage, ce qui est l’inverse de ce à quoi les analystes s’attendaient, selon CNBC.

Nous souhaitons voir ce qui se passera à la fin de la période de blocage de quelques autres entreprises: Peloton (24 mars 2020), SmileDirectClub (10 mars 2020) et Chewy (11 décembre 2019). Revenez pour plus.

Paroles de chanson Vomiting Evil

L'horrible abysse blanche du délire hurlant
Un chant chanté pour l'existence
La symphonie du ver conquérant

Le serpent ou la sagesse
Orchestré d'en bas

Barbelé de douleur, la révélation
La peste en feu, un monde sans fin
Couronné de rien, je suis la plaie
L'héritier aux âges de merveille
Vomir le mal

Désillusion, profane et profane
Le chaos qui fait rage
Le testament de l'homme
Les yeux des créatures - lourds de péché
Déverrouiller la porte, encore une fois

Barbelé de douleur, la révélation
La peste en feu, un monde sans fin
Couronné de rien, je suis la plaie
L'héritier aux âges de merveille

Funérailles sans fin
Un règne de routine acérée
Détournements de cimetières
Nos vies se dissolvent dans le vide
Vomir le mal

Réagir avec la maladie
Cet abattoir - un labyrinthe qui fait rêver
Réagir avec la maladie

Les armes à feu apportent un feu ami dans la maison

Pendant la guerre du Golfe, près du quart des décès au combat aux États-Unis étaient dus au tir ami. Les frappes aériennes sont appelées au mauvais endroit, une mauvaise communication des mouvements de troupes et des problèmes technologiques en sont des causes. Mais celui auquel je pense le plus, ce sont les armes à feu. Les armes à feu ne différencient pas ami de l'ennemi et, comme beaucoup d'autres outils, elles se comportent de manière prévisible: lorsqu'un tir est actionné, la balle se dirige vers sa cible avec une précision et une indifférence parfaites. La lettre la plus dure que j'ai jamais écrite au nom d'une nation reconnaissante était une lettre confirmant un tir ami.

Comme un feu ami, le "feu familial" est une tragédie évitable. Partout au pays, huit enfants et adolescents sont abattus ou assassinés par jour. Cela représente près de 3000 vies changées ou perdues chaque année. Tout comme les Marines gardent leurs armes dans l'armurerie lorsqu'ils ne sont pas utilisés et suivent un protocole spécifique pour la manière dont nous stockons et portons les armes au combat, les armes à feu doivent être rangées en toute sécurité à la maison.

Et pourtant, 4,6 millions d'enfants vivent dans des maisons avec des armes à la fois déverrouillées et chargées. J’ai décidé qu’il était temps de changer cela. C’est pourquoi je suis fier de faire partie du Brady Center dans le cadre de notre nouvel effort visant à mettre fin à l’incendie familial, une fusillade involontaire résultant d’une arme mal rangée ou mal utilisée à la maison.

À la suite de mon service militaire, j'ai une profonde révérence et une grande compréhension pour les armes à feu qui m'ont gardé en sécurité pendant mes multiples tournées de combat. Mais je n’ai jamais oublié que si les armes à feu constituaient un élément essentiel de la raison pour laquelle moi-même et beaucoup de mes amis sommes rentrés aux États-Unis, elles sont également la cause de la douleur et de la souffrance vécues quotidiennement par de nombreuses familles américaines.

Enfermer

L'horrible abysse blanche du délire hurlant
Un chant chanté pour l'existence
La symphonie du ver conquérant

Le serpent ou la sagesse
Orchestré d'en bas

Barbelé de douleur, la révélation
La peste en feu, un monde sans fin
Couronné de rien, je suis la plaie
L'héritier aux âges de merveille
Vomir le mal

Désillusion, profane et profane
Le chaos qui fait rage
Le testament de l'homme
Les yeux des créatures - lourds de péché
Déverrouiller la porte, encore une fois

Barbelé de douleur, la révélation
La peste en feu, un monde sans fin
Couronné de rien, je suis la plaie
L'héritier aux âges de merveille

Funérailles sans fin
Un règne de routine acérée
Détournements de cimetières
Nos vies se dissolvent dans le vide
Vomir le mal

Réagir avec la maladie
Cet abattoir - un labyrinthe qui fait rêver
Réagir avec la maladie

Le stockage en toute sécurité des armes à feu peut prévenir les «incendies familiaux»

C’est à cause de mon histoire avec les armes à feu que cette question me passionne tellement. I want to talk to those who are gun owners, just like me, about the importance of locking up their guns to keep their families safe. In an age of uncertainty, I understand the human emotion that goes into purchasing a gun, but that is frequently where the conversation ends. We need to be honest about the responsibility — and the unintended consequences — of bringing a gun into a home, particularly one with children.

While over 60 percent of Americans today feel safer with a gun in the home, unfortunately that action is also accompanied by risk. One 1998 study suggests that guns are far less likely to be used for self-defense than in attempted or completed suicides, non-fatal assaults and homicides, and accidental death or injury. Gun violence is a complex issue in our nation, but locking up your gun shouldn’t be.

Despite what we see and hear every day in movies and pop culture, guns are not a simple means of protection. Firearms are simple weapons, humans are complex individuals. When you combine them, too frequently tragedy results. As a gun owner, an American, a veteran, a wife, a sister, an aunt and a friend, I know many of these tragedies are preventable. It’s past time for us to talk about the real solutions. Surely our families are worth that commitment.

Kyleanne Hunter, a Marine Corps combat veteran, is vice president of programs at the Brady Center to Prevent Gun Violence.

Les vues

Table des matières

Back at Wright & Co. Law Offices, Ema apologizes for what Lana said, and reveals that the night Marshall's brother was murdered, Joe Darke tried to kill her. Neil Marshall tried to save her, but lost the battle to the death, and so Ema became a witness in the case.

Wright & Co. Law Offices

  • SL9 Incident: She was at her sister's office, waiting for Lana to finish work so they could go eat dinner. Suddenly, Darke barged in and tried to take her hostage. Neil came in and fought Darke. The lights went out due to a thunderstorm, and when the lightning flashed the picture of a man raising a knife up to stab the other was burned into her memory.
  • After the incident: She didn't remember the moment that Darke stabbed Prosecutor Marshall, so they didn't ask her about it — only about when she was attacked. That must be why her sister had to make up evidence to get a conviction. Ema says that even though he used it to get the Guilty verdict, Edgeworth didn't know the evidence was fabricated. Even so, the rumors about him still started that day.
  • Permanent picture: Ema says in that instant during the lightning she saw that Darke had knocked Neil down and was about to stab him. She doesn't remember what happened next as she passed out, later to awake in her sister's arms. She couldn't bring herself to testify about the incident, but managed to draw a picture.
  • Something puzzling: Why did Darke run all the way to Lana's office from the Police Department? It turns out that at the time, Lana was a detective! After the Darke case, she was transferred to the Prosecutor's Office and became the Chief Prosecutor.

Lana was a detective? Move to the Detention Center to talk to her.

What did you think of the movie? (optionnel)

You're almost there! Just confirm how you got your ticket.

Comment d> AMC (Coming Soon)We won’t be able to verify your ticket today, but it’s great to know for the future.Cinemark (Coming Soon)We won’t be able to verify your ticket today, but it’s great to know for the future.Regal (Coming Soon)We won’t be able to verify your ticket today, but it’s great to know for the future.Bought somewhere elseBy opting to have your ticket verified for this movie, you are allowing us to check the email address associated with your Rotten Tomatoes account against an email address associated with a Fandango ticket purchase for the same movie.You're almost there! Just confirm how you got your ticket.

Rate this movie

Oof, that was Rotten.

Meh, it passed the time.

It’s good – I’d recommend it.

So Fresh: Absolute Must See!

What did you think of the movie? (optionnel)

Detention Center Visitor's Room

  • Today's trial: Lana still won't talk about Goodman's murder, she says she isn't the only one involved.
  • Detective Lana Skye: Lana and Gant were brilliant detectives back then. Lana became a detective to gain experience investigating crime scenes so that she would make an effective attorney. After being promoted to Chief of Police for wrapping up the SL-9 case, Gant transferred her to the Prosecutor's Office so that she could follow her dream.
  • Darke investigation: She and Damon Gant shared the same occupation and office. They both led a team of detectives, two of which were Marshall and Starr, the other being Goodman. Jake worked with his brother for the first time. They brought Darke in for questioning, and that was when he escaped and tried to kill Ema.
  • First one at scene: Lana was the first person to the crime scene, where she found three bodies on the floor: Neil's body, and the unconscious forms of Ema and Joe Darke. Apparently, Neil had been able to strike a final blow, knocking out his killer. Lana panicked and took her sister out of the office to wake her up, after which she immediately placed Joe Darke back under arrest.

Phoenix doesn't believe it — that all the people involved in the current trial were also involved in SL-9 seems a little too convenient. Although the case was supposedly solved two years ago, there are still people like Jake Marshall that aren't satisfied either. Since Neil's murder took place there, you should probably go check the Chief's Office for more information.

Move to the Police Department Entrance.

How d >Fandango

AMC (Coming Soon)

We won’t be able to verify your ticket today, but it’s great to know for the future.

Cinemark (Coming Soon)

We won’t be able to verify your ticket today, but it’s great to know for the future.

Regal (Coming Soon)

We won’t be able to verify your ticket today, but it’s great to know for the future.

Bought somewhere else

By opting to have your ticket verified for this movie, you are allowing us to check the email address associated with your Rotten Tomatoes account against an email address associated with a Fandango ticket purchase for the same movie.

Police Department Entrance

You'll find Marshall. He'll tell you that the "Evidence Room" (where you and Ema did the scientific investigation) is no longer accessible due to the trial yesterday. Also, he'll turn himself in after going to the Chief Prosecutor's Office. Parler to him:

  • Darke trial: All the detectives on the case thought something was fishy. Though the Switchblade Knife was Joe Darke's, it didn't match the wound on the victim. However, in the final report, the possibility that it wasn't the murder weapon had been erased.
  • Prosecutor Marshall: Neil had been awarded the highest honor that day — the same Prosecutor Trophy that Edgeworth just won. That means the day of the murder was also the day of the evidence transferrals two years ago.
  • Scars: All the detectives were taken care of in some way by Damon Gant and Lana Skye: Starr was fired and Marshall was demoted. Goodman was safe because if they got rid of him too, the commissioners might have become suspicious.
  • Gant & Skye: When Gant became Chief of Police, he promoted Lana to Chief Prosecutor. Since she moved to the Prosecutor's Office, Lana started acting completely different. Marshall doesn't know the reason, as Lana keeps her secret too well hidden.

Marshall is done with his story and tells you that although Edgeworth presented the evidence, it was Damon Gant who falsified it and planned the whole thing. When he leaves, move to the Criminal Affairs Dept.

Police Department Criminal Affairs

Not much is happening and Gumshoe isn't here, but the Chief Detective tells you everyone is in the conference room trying to deal with all the chaos of the last few days. You'll also learn where Gant's Office is. Move to the Chief's Office.

Police Department Chief's Office

Ema and you came in to see a huge church organ. After Ema plays a note, Gant shows up. He'll put a piece of paper in his desk after he sees you and her. Gant shows you a picture hanging on his wall. It's Lana, Neil, and Gant.

Something is weird in the picture, but you can't put your finger on it. le Gant Team Picture will be added to the Court Record. Gant then decides to lock up the room, and takes you with him, depositing you at the Police Dept. Entrance. Is he kicking you out? Against your request to investigate? He must be hiding something. Move to the Criminal Affairs Dept.

Criminal Affairs Department (2)

You meet Gumshoe, who was serving coffee in the meeting, saying that Edgeworth is now "under fire" since the rumors were true. Talk to Gumshoe.

  • Edgeworth's crisis: Things haven't been going well for Edgeworth since the rumors were proven true. Lana is the guilty party, but Edgeworth is the one responsible. Gumshoe is very worried about him.
  • SL9 Incident: Gumshoe was reading the SL-9 file and may have come up with something involving the murder weapon

Maybe you should jog his memory. Présent le Switchblade Knife, then go back to talking to him to get some answers.

  • Murder weapon: The weapon was owned by Darke. The tip that was broken off was, in fact, found in Neil's body. You will receive Neil's Autopsy Report, et le Switchblade Knife will be updated in the Court Record.
  • Darke's crimes: Darke was actually just an average businessman. Until one day, when he accidentally hit someone with his car. Desperate, he killed a man who witnessed it, killed a lady who witnessed that crime, killed a child who witnessed that crime and killed a jogger who saw him bury the bodies. He finally gave himself up afterward.

Gumshoe admits that the whole scenario was conjecture, since they never found a shred of evidence. There was a good chance he would've gotten away with it, except for the incident at the Chief's Office, where he left a witness (Ema) to the murder of Neil Marshall.

You ask Gumshoe to let you into the Chief's Office, but he can't, as letting a civilian in there would result in him losing his job. Although any detective's ID card can get you into the office, the data on Goodman's ID was deleted the day he died. So you need to find something to get Gumshoe to help you. Move to the Underground Parking Lot.

High Prosecutor's Office Room 1202

You'll see Edgeworth, who throws whatever he was writing down on the ground upon seeing you come in. Talk to Edgeworth:

  • Forged evidence: Edgeworth blames himself for the forged evidence. Even though someone else in the department gave him the false evidence without his knowledge, as head prosecutor he is still responsible. The prosecutors and detectives share the same bond. If broken, everything would fall apart.
  • Tomorrow's trial: Now that the SL-9 Incident is coming back up, Edgeworth is worried because the evidence list for the case is only half as long as it should be.
  • The day of the crime: Edgeworth had finished his work at the office for the day, but Gant requested he take evidence from another case (the Screwdriver) back to the Prosecutor's Office.

Présent Edgeworth with the Gant Team Picture. Ema notices that Neil's trophy is different than Edgeworth's.

  • Prosecutor trophy: Edgeworth then tells you the story behind the trophy. It comes from an ancient Chinese tale about the word "contradiction". In Chinese, the word is made up of two characters, the first meaning halberd and the second meaning shield.

An arms merchant presented the emperor a halberd that could penetrate any shield or armor, and a shield that could withstand any weapon. The emperor then spotted what would be called a contradiction, and the Chinese word for contradiction was born. Hence the broken knife and chipped shield in the Prosecutor Trophy symbolize the merchant's items.

But there is only a shield on Edgeworth's trophy. The halberd part was abolished two years ago by Damon Gant, who Edgeworth says you should talk to about it. le Prosecutor Trophy will be updated in the Court Record.

Examine the piece of paper under Edgeworth's desk. It's a letter of… resignation? Edgeworth feels as if something has died inside him. He can't forgive himself for the path on which he walked. le Letter of Resignation will be put in Phoenix's pocket.

Move to the Underground Parking Lot.

Prosecutor's Office Underground Parking Lot (2)

You'll meet Angel who is still harping on witnessing Lana stabbing Goodman, still believing that what she saw was true. Talk to Angel:

  • Darke investigation: They trailed Darke for a very long time, until the night Neil was killed. Everyone was very appalled by this, especially Jake, who was haunted by his brother's death, which in turn affected Lana.
  • After case closed: All detectives, except for Goodman, were relieved of their duties, without an explanation. Then Lana became Chief Prosecutor, although Angel says that Lana was merely a pawn.
  • Legendary duo: Gant was very famous back then, because he could produce evidence under any circumstances, so he had rumors around him too.

Everyone liked Lana and wanted to be like her because she hated anything crooked and watched out for the other detectives. She felt especially bad for Jake and when his brother was killed she felt like she'd lost a brother herself. If it wasn't for her, Jake might not have gotten over the shock of the murder. But something happened in that incident that made her change and became so cold.

  • Being "used": Angel suspects that Lana was only given the Chief Prosecutor position so that Gant could gain control of her office. Angel doesn't know how Gant is controlling her, but it must have been something that happened two years ago that causes her demeanor to change.

Finally, you are getting closer to the bottom of this. Move to the Criminal Affairs Dept.

Police Department Criminal Affairs (3)

You'll meet Gumshoe, who still refuses to let you into the office. You need something to change his mind. You catch him making brewing coffee and copying 150 files for the chief, turning him into a desk jockey!

Présent Edgeworth's Letter of Resignation to Gumshoe, who'll be shocked at seeing this. Edgeworth trusted detectives to give him sound evidence, but was betrayed. Gumshoe feels very sorry and would do anything for Edgeworth now. He then makes up his mind and gives you his ID card. Gumshoe's ID will be added to the Court Record. le Letter of Resignation will be taken off the Court Record at the same time.

Move to the Chief's Office.

Police Department Chief's Office (2)

You arrive at the Office… followed by Gumshoe, who was worried something might go wrong. Like yesterday in the "Evidence Room", Ema mistakes Gumshoe as a ghost and slaps him again! Why did he give you his ID card anyway? Gumshoe's ID will be removed from the Court Record. Actually, you crushed it and put it in your pocket. Gumshoe blames you for ruining his ID card! Talk to Gumshoe:

  • The Chief's office: The left side of the room was Lana's, and that's where Ema was waiting for her that night. Both Lana and Gant used to work together in this room. Now it's all Gant's, and he hasn't let anyone touch Lana's side in two years.
  • Chief Gant: Something had been bothering Gumshoe since you wanted to look around his office for the SL-9 Incident. Could Gant be a suspect for that case? You can't say anything about him… yet.

Examiner the safe behind Gant's desk on the right side of the room. It looks like you need a code to open it. You have a choice, choose "Input number". At the bottom of the screen, you'll find a keypad like you would find on a phone. Tap the numbers "7777777" and the safe will open.

Note: Don't waste your time guessing what number will open the safe. Vérifier la ID Card Record to find which number would open it.

Wii Remote Controls for WiiWare version: Select number with . Confirm number with . Go back one digit with .

7777777? That's the ID number of the executive that entered the Evidence Room on the day of the crime! It must be Gant's number! No time for chat though, examine the safe again and you'll find a broken piece of jar, and a piece of leather cloth with a handprint on it. Gumshoe wants to know if there is a connection between the two pieces and the case before he'll let you take them.

Start with the shard. Présent le Unstable Jar to Gumshoe. Remember yesterday, you found pieces like this and put it together. Gumshoe then notices the possible connection. You have a choice, choose "Assemble fragments", and you'll put the final piece in there.

It fits! Gant was obviously hiding the fragment in there. He was hiding valuable evidence in there! Mais pourquoi? Gumshoe then points out something. There's blood on it! Could this be part of the reason? le Unstable Jar is updated in the Court Record.

Now for the cloth. Présent le Fingerprinting Set. You choose a finger you want to test: the middle fingerprint in this instance. Once you start, sprinkle all around the touch screen and blow. After the fingerprint is clear, you get to choose its owner. It's Ema Skye's! This seems to be a very grim piece of evidence, but you can't tell Ema about this for now. le Strip of Cloth will be added to the Court Record.

In case you forget the controls on the WiiWare version, sprinkle powder with all over the screen. Then shake the to blow the powder out. You've done it before in the "Evidence Room". So it should be easy.

Examiner Gant's desk. The first time you came in here, he hid something he was reading from you. It's an evidence list saying, "SL-9 Incident!". Remember, Edgeworth said his evidence list for SL-9 is twice as short as an average one. This must be the other half of the list, it was ripped in half! le Evidence List will be added to the Court Record. If you check the Evidence List and rotate it to show the back, you can examine it to find a crude drawing of what looks like a figure about to stab another person. Didn't Ema say she drew what happened that night? At any rate, it's best not to disturb her, so you keep it to yourself.

Gant is obviously hiding something! Speaking of Gant, uh-oh! He somehow sneaked in to see you three in his room. He has you and Gumshoe leave, but wants Ema to stay for questioning. Also, Gumshoe has to leave his id card behind.

You and Gumshoe would be at the Police Department Entrance. Gumshoe blames you for taking this risk. So Gumshoe goes back in to try and smooth things over with the chief.

You automatically go to the Detention Center.

Detention Center Visitor's Room (2)

What Lana has told you over the past few days is nothing useful. Talk to Lana:

  • Keeping quiet: She said that she stabbed Goodman, but there is no supporting evidence. She could be doing it for someone else — somebody she is afraid of. Lana asks you who that person is, so present Damon Gant's profile when prompted.
  • Damon Gant: Lana wasn't the only one who could have forged evidence. Before Lana will let you accuse Gant, however, she wants to see some proof that he falsified evidence.

Présent to her the Evidence List ou la Unstable Jar. Lana finally gives in, and tells you that she Est-ce que follow Gant's orders and three days ago she got orders concerning Detective Goodman.

  • "Orders": She had orders from Gant to dispose of Goodman's body, which he said was in the trunk of Edgeworth's car.

If that is true, then Lana wasn't the one who killed Goodman! When Lana opened Edgeworth's trunk, she found Darke's knife plunged inside him, so she took the knife out, and plunged Edgeworth's Knife inside instead. That's when Angel saw her. Why did she have to hide the Switchblade Knife so badly?

  • Darke's Knife: Lana didn't want the SL-9 Incident opened up again, so after she stabbed Goodman's body, she called her sister to tell her to hide the knife for her.

When she got the orders from Gant, the first thing Lana did was call Marshall, thinking she could trust him to help her hide the body. He had plans of his own to keep the case from dying, and after Lana's phone call, he resolved to use the stolen ID card to get the evidence from the Evidence Room.

Lana is finished talking with you, and doesn't want you to pursue this further in court. It looks like you're done for today. Tomorrow you'll have to prove the mystery behind Goodman's murder, the SL-9 Incident, and Lana's secret.