Psychologie

Quel est le meilleur moyen d'éduquer les enfants sans châtiment corporel?

La punition est tout ce qui réduit la fréquence des comportements indésirables. En théorie, la punition devrait supprimer totalement les comportements inappropriés, mais c'est rarement le résultat réel. Les parents doivent se rappeler que la punition, en particulier la punition corporelle, est distincte de la discipline. Discipliner les enfants est presque toujours préférable à simplement punir les enfants, car les enfants sont encore en train d'apprendre et de grandir et méritent qu'on leur enseigne comment faire mieux et être meilleur.

Punition corporelle

Les parents qui se livrent à des châtiments corporels croient qu’ils enseignent à leurs enfants une réponse presque pavlovienne - cette mauvaise conduite est douloureuse et doit être évitée. Les parents qui n'utilisent pas de châtiment corporel soutiennent que cela ne sert en rien à enseigner la discipline personnelle ou la responsabilité, mais bien à transmettre le message qu'il est acceptable de nuire ou de blesser les autres. Plusieurs études universitaires ont également établi un lien entre le châtiment corporel et l'agression infantile et le comportement antisocial.

Répondre au wiki

Utilisez la politique de comportement.

Appliquer les règles à la lettre pour tout le monde, bons et mauvais étudiants, avec une justice brutale.

Assurez-vous que la punition correspond au crime.

Expliquez toujours ce qu'ils ont mal fait, essayez donc de comprendre, essayez de faire le lien avec la société au sens large afin qu'ils puissent voir que les règles reflètent les règles de la société.

Ne criez pas, crier ne fonctionne pas.

Assurez-vous qu'ils sachent que la sanction les concerne, pas vous.

Ne pas enfreindre les règles vous-même alors essayez de les réprimander. Par exemple. Pas de téléphones dans la classe, ne jouez pas avec le vôtre non plus. Pas de bijoux autorisés, ne le portez pas non plus. De petits sacrifices montrent aux enfants l'égalité.

12 principes d'éducation sans punition, gémissements et cris - dépliant pour les parents

12 principes de base de l'éducation des enfants sans punition - comment élever un enfant sans punir l'enfant?

Beaucoup de parents doutent du bien-fondé de l'éducation des enfants. Bien entendu, le principal doute concerne toujours le recours à la punition. Nous ne parlons pas de ceintures ni de flagellation, nous parlons de punitions en général, telles que les angles, la privation d’ordinateur ou l’argent personnel.

Comment fonctionne la punition?

Nous sommes sûrs de savoir ce qui convient le mieux à notre enfant. Ce point de vue est préservé tout au long de la vie. Mais, résolvant pour le bébé, nous insistons sur son indépendance, transformant une personne en matelas.

Vous devez également écouter les souhaits de l'enfant!

Exemple. Maman a habillé sa fille d'une belle robe brillante et elle voulait jouer dans le bac à sable. Maman interdit - parce que la robe est sale. Mais les vêtements pour la fille ne sont pas importants, le sable est important pour elle. La fille se fiche de savoir quoi faire, l'essentiel est de s'amuser. Conclusion: Maman a transformé la marche en torture pour les deux. Et à la fin, la fille sera punie pour s'être ennuyée et avoir envie de jouer.

Comment fonctionne la punition?

Nous sommes sûrs de savoir ce qui convient le mieux à notre enfant. C'est un point de vue qui dure toute une vie. Mais, décidant pour le bébé, nous insistons sur son indépendance, transformant une personne en matelas.

Besoin de doit écouter les souhaits de l'enfant!

Exemple. Maman a habillé sa fille dans une belle robe brillante pour une promenade, et elle a voulu jouer dans le bac à sable. Maman dit non, car la robe va se salir. Mais les vêtements ne sont pas importants pour sa fille, elle est importante pour le sable. La fille se fiche de ce qu'elle porte, il s'agit de s'amuser. Conclusion: Maman a transformé la promenade en torture pour les deux. Et à la fin, la fille sera punie pour s'être ennuyée et avoir voulu jouer.

Quelle est la punition?

C'est un motivation supplémentaire, qui limite l'enfant dans une sorte d'action. Mais l'enfant doit craindre non pas la punition, mais les conséquences naturelles de ses actes. En punissant, nous lui apprenons à éviter les représailles, à mentir, à éviter. Les conséquences naturelles sont inévitables. Il vaut mieux se concentrer sur eux. Je n'ai pas enlevé les jouets - je n'ai pas trouvé mon soldat préféré. C’est tout, punition!

Devrais-je punir un enfant pour désobéissance? Est-il possible de se passer de punition?

Un parent qui a volontairement choisi cette voie, rencontre une multitude de difficultés. Mais il est utile de comprendre que l'absence de punition n'est pas du tout permissive. Cette méthode d'éducation ne prive pas la personne des règles et normes de comportement, et ne signifie pas du tout que si le karapuz frappe un voisin dans le bac à sable, il sera félicité pour cela.

Essai sur les enquêtes et la prévention des abus envers les enfants

. d'un problème de maltraitance des enfants. Selon les principes psychologiques, les problèmes humains tels que le stress émotionnel et la dépression sont a. Le globe, y compris les États-Unis, a interdit les châtiments corporels infligés aux enfants dans les écoles et dans la famille. Enquête sur la maltraitance d’enfants Le processus d’enquête sur la maltraitance d’enfants dépend fortement de la disponibilité des preuves alléguées de violences physiques, émotionnelles,.

On a constaté que les femmes présentaient des niveaux de dépression plus élevés que les hommes, bien que cela reflète peut-être davantage la population réelle et la façon dont hommes et femmes gèrent le stress de manière indépendante plutôt que les châtiments corporels. Geven (1991) a conclu qu'une telle relation entre châtiment corporel et dépression était due à une colère latente d'être fessée, réprimée durant l'enfance et refaite surface plus tard dans la vie. Straus (1994) affirme que la dépression est un stress induit par un châtiment corporel prolongé, entraînant des modifications permanentes et hormonales dans le corps. Aucune de ces hypothèses n’a été suffisamment mise à l’épreuve, mais il semble évident que la dépression est un effet secondaire grave du châtiment corporel et les avantages perçus des châtiments corporels doivent être soigneusement pesés par rapport aux conséquences, à savoir la dépression. Les idées suicidaires sont étroitement liées à la dépression et il a également été démontré que le nombre de châtiments corporels augmentait considérablement (Straus, 1994).

Des châtiments corporels moins élevés ne semblaient pas avoir d'incidence sur les idées suicidaires (entre deux et cinq pour cent ou les adultes signalaient ces pensées), mais lorsque les punitions corporelles étaient excessives pendant l'adolescence, 16 à 24% des adultes déclaraient plus tard penser à se suicider.

Près du quart des personnes qui subissaient fréquemment des châtiments corporels à l'adolescence (non perçues comme des abus physiques) envisageaient de se suicider. Les statistiques concernant le nombre de suicidés qui ont réussi à se suicider sont inconnues, mais la dépression et les troubles émotionnels associés à de telles pensées sont suffisamment importants pour justifier des préoccupations. Malheureusement, Straus (1994) n’examine que les châtiments corporels infligés aux adolescents, peut-être parce que les participants eux-mêmes étaient censés rappeler les techniques disciplinaires de leurs parents et que les souvenirs de l’enfance sont souvent inexacts. Il serait intéressant d'observer les effets des châtiments corporels de la petite enfance sur la dépression chez l'adulte, afin de déterminer à quel point ces premières années sont réellement formatrices. Les châtiments corporels ont également été associés à une augmentation du comportement agressif, à une délinquance consciente moins développée (Sear, Maccoby et Levin, 1957) et à une délinquance infantile (Bandura & Waters, 1959).

Quelle est cette punition?

C'est le motivation supplémentaire qui limite l'enfant dans une certaine action. Mais un enfant ne devrait pas avoir peur de la punition, mais des conséquences naturelles de ses actes.

En le punissant, nous lui apprenons à éviter les représailles, le mensonge et l'esquive. Les conséquences naturelles sont inévitables. Il vaut mieux se concentrer sur eux. N'a pas trouvé son soldat préféré.

C'est la punition!

Punir un enfant pour désobéissance? Est-il possible de se passer de punition?

Le parent qui a volontairement choisi cette voie, rencontre beaucoup de difficultés. Mais vous devez comprendre que l'absence de punition n'est pas du tout une permissivité. Cette méthode d'éducation ne prive pas une personne des règles et normes de comportement, et ne signifie pas que si un piège frappe un voisin dans le bac à sable, il sera caressé à la tête.

Principes de base pour élever des enfants sans punition

  • La patience. Les parents qui osent éduquer sans punition choisissent une manière complexe et louche. Il aura beaucoup de problèmes, mais si toutes les conditions sont réunies, ils deviendront une personne heureuse et autonome.
  • Les enfants ne doivent pas être aimés pour ce qu'ils nous donnent (un sentiment de confiance, de plénitude et de fierté) et un amour comme celui-là. Bien sûr, il est plus facile de punir que de comprendre les causes du mauvais comportement. Mais cela témoigne de l'égoïsme des parents. Ils se facilitent la tâche en empiétant sur leur enfant - une petite personne.
  • Accepter votre enfant tel qu'il est , avec tous les problèmes, ennuis et caprices. Il doit sentir qu'il est aimé et apprécié.
  • Vous devez donner suffisamment d'attention à votre enfant. Après tout, c'est son déficit qui provoque la désobéissance.
  • Reconnaître l'identité de l'enfant. Dès le plus jeune âge, quand le jeune ne sait pas parler, il choisit déjà ses vêtements, un jouet. Il a ses propres sentiments et souffrances. Vous ne pouvez pas les négliger. Après tout, cela détruit l'individualité.
  • L'éducation par exemple personnel. Si vous interdisez à l'enfant de mentir, ne mentez pas et ne brodez pas vous-même. Observez les règles de toute la famille. L'instinct inné de l'enfant d'imiter l'adulte agit au niveau subconscient. Essayez-le et vous comprendrez qu'il en est ainsi.
  • Plus il y a de pression, plus la résistance est grande. Si vous avez constamment vu, retirez vos jouets, faites-le, faites-le, ne le prenez pas, ne le cassez pas, ne le touchez pas, vous pouvez créer une atmosphère de tension telle que l'enfant voudra y échapper. Ce qu’il essaiera de faire dans les caprices, les protestations et les hystériques.
  • La punition confirme que pour chaque force, le pouvoir est encore plus grand. L'enfant grandira et votre pouvoir et votre autorité financière disparaîtront. On comprendra alors que la punition est une erreur d'éducation, mais il sera trop tard.
  • La séquence est un assistant dans les règles. Ils ont dit que vous ne donneriez pas de bonbons avant le dîner - ne donnez pas. Si aujourd'hui tu ne peux pas, mais demain tu peux, tu peux toujours.
  • Maintenir le comportement souhaité de la promotion. Les enfants oublient rapidement la punition, qui menace en cas de farce, mais souvenez-vous des cadeaux pour comportement diligent.
  • Le parent doit constamment développer, apprendre , de sorte que le gamin en cours de maturation ne le confonde pas avec des questions difficiles.
  • Ne conduisez pas à la provocation - hystériques, reproches, impolitesse. Soyez indifférent à de telles explosions émotionnelles.

On sait que les enfants qui grandissent sans punition sont moins agressifs. Après tout, l'impolitesse est une vengeance contre la douleur. Les punitions suscitent un ressentiment amer, qui assourdit tout, y compris le bon sens.

C'est-à-dire que cet enfant négatif n'a nulle part où le mettre et qu'il brûle de l'intérieur. Par conséquent, les enfants s’efforcent souvent d’avoir des frères, des soeurs et des animaux domestiques plus jeunes.

Les principes de base de l'éducation des enfants sans punition

  • Laconique. Les parents qui osent élever leurs enfants sans punition choisissent un chemin difficile et sombre. Il y aura beaucoup de problèmes, mais si toutes les conditions sont réunies, ils deviendront heureux et autonomes.
  • Les enfants ne doivent pas être aimés pour ce qu'ils nous donnent (sentiment de confiance, de plénitude et de fierté), mais aimés pour rien. Bien entendu, il est plus facile de punir que de comprendre les raisons d'un mauvais comportement. Mais c'est en cela que réside l'égoïsme des parents. Ils leur facilitent la tâche de blesser leur enfant - une petite personne.
  • Accepter leur enfant tel qu'il est avec tous les problèmes, problèmes et caprices. Il devrait se sentir aimé et apprécié.
  • Doit faire assez attention à son enfant. C'est le manque qui cause la désobéissance.
  • Accès à l'identité de l'enfant. Depuis les plus jeunes années, quand le tout-petit n'est pas encore capable de parler, il choisit déjà ses vêtements, un jouet. Il a ses propres sentiments et souffrance. Vous ne pouvez pas les ignorer. Cela ruine votre individualité.
  • L'éducation par exemple. Si vous interdisez à un enfant de mentir, ne mentez pas et ne le faites pas vous-même. Suivez les règles de toute la famille. L'instinct inné d'un enfant d'imiter des adultes agit au niveau subconscient. Essayez et vous verrez que c'est vrai.
  • Plus vous avez de pression, plus vous aurez de résistance. Si vous sciez constamment, emportez vos jouets, faites-le, ne le prenez pas, ne le cassez pas, ne le touchez pas, vous pouvez créer une atmosphère de tension telle que votre enfant voudra y échapper. C'est ce qu'il tentera de faire dans les caprices, les manifestations et l'hystérie.
  • Les sanctions confirment qu'il y a plus de puissance pour chaque force. L'enfant grandira et votre pouvoir et votre autorité financière seront perdus. Vous comprendrez alors que la punition est une erreur d’enseignement, mais il sera trop tard.
  • La conséquence est un assistant en conformité avec les règles. Ils ont dit que si tu ne me donnais pas de bonbons avant le dîner, ne le fais pas. Si aujourd'hui vous ne pouvez pas, mais demain vous le pouvez.
  • Soutenez le bon comportement en récompensant. Les enfants oublient vite la punition, qui menace en cas de farce, mais souvenez-vous des présentations pour un bon comportement.
  • Le parent doit constamment évoluer, apprendre de sorte que l'enfant adulte ne le met pas dans l'impasse des questions difficiles.
  • Ne continuez pas la provocation - hystérie, reproche, impolitesse. Soyez indifférent à de telles explosions émotionnelles.

Lire Comment calculer un ramasseur chez les hommes?

Que doivent savoir les parents pour élever leurs enfants sans punition? Comment apprendre cet art?

  • L'entêtement et les caprices sont une manière d'exprimer un enfant quand il manque de liberté. Ils se produisent souvent en période de crise - une crise de 3 ans, une période de transition. Chaque année, ajoutez la liberté des enfants et l'espace personnel, et non les responsabilités. Après tout, la liberté est la prise de décision.
  • Permettre des conséquences naturelles - vraie punition.
  • Sentons ensemble le moyen de sortir du problème. Par exemple, un enfant a pris une chose étrange sans demander. Il est nécessaire d'expliquer que le propriétaire de la chose sera contrarié s'il ne la trouve pas en place. Elle est si précieuse pour lui. Nous devons le rendre au propriétaire!
  • L'adulte devrait demander à l'enfant le comportement souhaité plutôt que de se concentrer sur des actions indésirables. Ceux. le parent ne prévient pas, si vous touchez la fleur, je vais cracher. Et il dit, assieds-toi, joue avec la poupée jusqu'à ce que je vienne.
  • Et qu'en est-il des petits enfants? Ils ne comprennent pas l'inexactitude de leurs actions et il est presque impossible de leur expliquer. Ensuite, vous devez physiquement retirer physiquement le bébé de la situation dangereuse etavec construire un environnement sûr pour lui. Si vous montez sur un chien domestique, vous devez amener la miette dans un autre jardin et le distraire avec un jouet.
  • Parlez beaucoup avec l'enfant. Expliquez ce qui est bon et ce qui est mauvais. Modélisez des situations sur des poupées et résolvez des problèmes dans le jeu.
  • N'imposez pas d'interdiction aux actions nécessaires. Un enfant ne peut pas rester assis tranquillement sur une chaise pendant environ 40 minutes en file d'attente. Il est utile pour les enfants de courir, jouer, sauter et gambader. Ensuite, ce sont des enfants et le désir d'avoir un enfant confortable est une exigence de l'égoïsme parental.

L'éducation sans punition ne mène pas à l'égoïsme. Après tout, les égoïstes sont des enfants non mariés qui tentent de rattraper leur retard à l’âge adulte.

L'éducation sans punition est un travail difficile et difficile. Nous travaillons principalement sur nous-mêmes. Après tout, quoi que nous fassions, les enfants seront toujours comme nous.

Et que pensez-vous de la punition des enfants? L'éducation est-elle possible sans punition? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous!

Le papier de la fin de l'ère moderne d'irresponsabilité Beaucoup d'enfants souffrent d'heures

. peur des parents. Les enfants victimes de violence physique présentaient moins de problèmes de comportement que les enfants sans antécédents de violence physique. De même, les parents avec des histoires. enfant. Les frontières entre la violence physique active et la violence passive sous la forme de négligence, ainsi qu'entre le châtiment corporel normal et physique.

La Suède a adopté en juillet 1979 une loi interdisant le recours aux châtiments corporels. Les parents ne peuvent pas être poursuivis en cas de châtiment corporel, car la loi ne prévoit aucune sanction pénale, mais les parents sont encouragés à l'utiliser et sont informés des techniques de discipline alternatives (Campbell, 1989).

Un objectif supplémentaire de cette loi est la facilité de condamnation possible pour les personnes poursuivies pour avoir causé du tort à un enfant, car on ne peut pas affirmer que la blessure a été causée par un accident survenu pendant la punition (Zigler & Hall, 2000).

Cette loi semble maintenir un équilibre entre les droits de l'enfant et les droits de la famille d'agir en tant qu'unité autonome. Les parents sont informés des conséquences négatives liées aux châtiments corporels et les professionnels et les décideurs politiques encouragent la cessation de telles techniques disciplinaires. Avec cette information, il serait prédit que la majorité des parents dont le cœur de l’enfant était au cœur de leur cœur utiliseraient des méthodes de discipline plus appropriées et qu’ils rejetteraient le châtiment corporel.

En fait, quinze ans après l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, qui avait été à l’origine ridiculisée par une grande partie de la population, 71% des Suédois ont déclaré préférer ne pas recourir au châtiment corporel (Straus, 1994).

Déclaration de divulgation

Rebecca English ne travaille pas pour, ne consulte pas, ne possède pas d'actions et ne reçoit aucun financement de la part d'une société ou organisation susceptible de bénéficier de cet article, et n'a révélé aucune affiliation en dehors de leur mandat académique.

Conseil parental pour élever des enfants sans punition

La question de savoir si la parentalité est possible sans punition est importante tant pour les futurs parents que pour les mères et les pères qui cherchent des solutions de compromis en calmant leurs propres enfants capricieux et désobéissants. Malgré toute la complexité, la réponse réside dans le libellé même de la question.

Premièrement, essayons de comprendre quelle est la raison des caprices et de la désobéissance des enfants. Deuxièmement, comment résister à la pression du bébé, tout en restant un ami et un compagnon fiable. Troisièmement, il convient d’éviter les sanctions ou de les considérer comme un élément obligatoire du processus éducatif, mais selon une interprétation différente de celle traditionnelle.

Les partenaires

L’Université de technologie du Queensland fournit des fonds en tant que membre de The Conversation AU.

The Conversation UK reçoit des fonds de ces organisations

  • Email
  • Twitter
  • Facebook
  • LinkedIn
  • WhatsApp
  • Messager

De nombreux parents s'orientent vers une «parentalité douce», dans laquelle ils choisissent de ne pas utiliser de récompenses (tableaux d'autocollants, bonbons, chocolats, temps télévisé comme «pots-de-vin») ni de punitions (suppression des «privilèges», des temps morts, des smacks) pour encourager les bonnes comportement, mais encouragez le bon comportement pour bien faire les choses.

Les parents gentils soutiennent qu'offrir des récompenses et des punitions a préséance sur la tendance naturelle d'un enfant à adopter un comportement approprié en lui apprenant à se comporter de certaines manières uniquement pour recevoir une récompense ou pour éviter une punition.

Les devoirs sur les effets sur les enfants dans les familles monoparentales

. 13 ans participant à l'étude. En outre, les enfants de familles monoparentales peuvent faire preuve de grandes compétences en matière de responsabilité, comme ils le sont souvent. appelé à aider davantage avec les tâches ménagères et les tâches familiales. Par conséquent, si les enfants des familles monoparentales sont enseignés et éduqués par.

D'autre part, les parents qui maltraitent physiquement leurs enfants ne peuvent pas se cacher sous le prétexte de blessures non intentionnelles causées par une punition et peuvent être poursuivis en justice. À l'heure actuelle, le code criminel canadien autorise le recours à la force physique pour discipliner les enfants (Campbell, 1989).

Diverses provinces et différentes institutions interdisent le recours aux châtiments corporels, mais pour protéger efficacement les intérêts des enfants et abandonner officiellement le recours aux châtiments corporels, il est nécessaire de mettre en œuvre une politique nationale interdisant ce type de discipline.

Une abondance d'informations indique cette résolution et, après des décennies de recherche, il est temps de la mettre en œuvre. Le Canada doit s'aligner sur le reste du monde et interdire l'utilisation de châtiments corporels ou corporels à l'école. Il faut apprendre aux parents et les encourager à utiliser des techniques parentales positives, plutôt que de recourir à des punitions corporelles. Des techniques disciplinaires plus appropriées vont au-delà de la portée de cet essai, mais incluent le renforcement positif et la modélisation, dans un environnement bienveillant et enrichissant.

La Suède a proposé une solution équilibrée entre les droits d'une famille autonome et la protection de tous les enfants, et le Canada ferait bien de se joindre à cette initiative scandinave et de faire de même. Références Aries, P. (1962).

Des siècles d’enfance: une histoire sociale de la vie familiale.

New York: Knopf. Bandura, A. & Huston, C. (1961).

L'identification en tant que processus d'apprentissage fortuit.

Journal de psychologie sociale anormale, 63, 311-318. Bandura, A., Ross, D. et Ross, S. A. (1961).

Transmission de l'agression par imitation de modèles agressifs. Journal de psychologie sociale anormale, 63, 575-582. Bandura, A. & Waters, R. H. (1959).

Agression chez les adolescents: étude de l'influence des pratiques de formation des enfants et des relations entre familles. New York: Ronald Press. Bongiovanni, A. (1977, février).

Examen de la recherche sur les effets du châtiment: conséquences pour les châtiments corporels dans les écoles. Document présenté à la conférence de l'Institut national de l'éducation.

Cité dans: Debbie Campbell. (1989).

A propos de la discipline et de la punition. Ottawa: Conseil canadien de l'enfance et de la jeunesse. Campbell, D. (1989).

A propos de la discipline et de la punition. Ottawa: Conseil canadien de l'enfance et de la jeunesse. Fessée infantile et comportement anti-social accru. (1998, février).

Cause du mauvais comportement et essence de la technique de réorientation

La conseillère familiale K. Qualls considère que la punition, qui consiste en une agression, une pression psychologique ou physique, est l'un des outils les plus efficaces pour déformer la personnalité de l'enfant, en formant des complexes et une attitude irresponsable envers lui-même et sa vie.

La punition est la manifestation d'un comportement adulte incontrôlé qui instille la peur et l'incertitude chez l'enfant, d'une part, et le ressentiment, d'autre part. L’auteur, au lieu d’avoir honte de ses actes, tente d’éviter les punitions en cultivant l’obstination, l’intransigeance ou même la vengeance.

À partir de cette explication du comportement d'un enfant désobéissant, il est clair que les enfants ne devraient pas être punis pour quelque raison que ce soit. Ils doivent apprendre à contrôler leur propre comportement fondé sur des valeurs, à se comporter en fonction de la situation et à être responsables de leurs décisions et de leurs actions.

Cela signifie qu'en éducation, il est possible d'abandonner les punitions et les cris en réorientant leur comportement et celui des enfants. Les parents ne peuvent être punis, mais ils peuvent apprendre à respecter leurs opinions et à trouver des solutions mutuellement bénéfiques. Il ne fait aucun doute que les enfants devraient être aimés et élevés, mais cela ne suffit pas. Il est plus important de leur faire prendre conscience de leur utilité, c’est-à-dire de les aider à réaliser leurs talents.

La réorientation ne doit commencer que lorsque la cause de la désobéissance de l'enfant a été établie. Autrement, les représailles peuvent être non seulement fausses, mais également préjudiciables à la relation parent-enfant.

Ainsi, dans une forme de désobéissance, l’enfant peut demander l’attention de ses parents, tenter de l’influencer, se venger ou se soustraire à leurs responsabilités.

Quelle est la discipline?

Pour la plupart des gens, il semblerait impossible de discipliner sans récompenses et punitions. Cependant, cela dépend de votre compréhension de la «discipline». La discipline a toujours un «moi» silencieux devant elle parce qu’il s’agit de vous contrôler.

Donc, dans le cas de la parentalité, il s’agit d’aider les enfants à apprendre à se gérer, à gérer leurs sentiments, leur comportement et leurs pulsions. Nous voulons que nos enfants développent une solide boussole morale, trient les comportements, les impulsions et les sentiments entre «appropriés» et «inappropriés» et soient en mesure de justifier leurs jugements sur leurs choix.

Lorsque le terme discipline est utilisé, c'est souvent dans un sens qui implique une punition. Cette signification est implicite car la discipline est associée à une vision comportementaliste de la façon dont les humains apprennent. Le comportementalisme est associé au conditionnement, processus dans lequel l’apprentissage est une association entre un comportement et un résultat positif ou négatif, comme dans l’expérience de chien de Pavlov.

Cependant, le comportementalisme est de moins en moins utilisé car le comportement humain est considéré comme plus complexe que ne le suggère un simple modèle de récompense / punition. Le comportement est également problématique, car il implique que les gens se comportent de manière souhaitable uniquement pour obtenir des récompenses ou minimiser les punitions.

Nous ne voulons pas que nos enfants se comportent de manière souhaitable simplement parce qu’ils pourraient avoir quelque chose ou avoir des ennuis s’ils se font prendre. Nous voulons que nos enfants fassent ce qui est juste parce qu’ils savent que c’est juste et qu’ils veulent bien faire.

Plus jeune a besoin d'attention

Nourrir les enfants sans crier commence par identifier les raisons de leur mauvais comportement.

En s'éloignant de l'attention des adultes, un enfant peut faire quelque chose d'énervant pour le parent. Dans un tel cas, il faut:

  1. Ne pas regarder l'enfant et ne pas regarder dans les yeux.
  2. Ne pas lui parler.
  3. Agréable sur le dos ou les cheveux pour lui faire sentir votre amour.

Il faut agir immédiatement, sinon l'irritation conduira à vouloir punir, n'ayant pas compris les raisons de sa survenue.

Le désir d'influencer une situation témoigne du fait que l'enfant est capricieux, capricieux, provoquant de façon provocante, criant ou gâtant après la remarque parentale. La stratégie du comportement parental devrait être basée sur la manière d'aider l'enfant à se manifester dans cette situation. Ensuite, essayez de créer:

  1. Option pour l'enfant.
  2. Des conditions qui aideront les deux parties à éviter les conflits.
  3. Conditions du traité qui doivent être remplies.
  4. Cadre juridique de conduite. Par exemple, si un enfant aime peindre sur les murs, il est préférable de créer les bonnes conditions pour lui plutôt que de perdre à chaque fois en criant.
  5. Situation de succès dans laquelle les deux côtés du désaccord gagnent.
  6. Circonstances inhabituelles, avoir commis un acte inattendu.
  7. Ambiance drôle et amusante pour l'occupation habituelle et habituelle.

Il est possible d'élever des enfants sans punition, après avoir appris à dire «non» poliment. Dans la plupart des cas, c’est la réticence à faire quelque chose qui est au cœur de la plupart des caprices.

Un armement efficace dans la lutte contre les conflits consiste à essayer de les éviter, mais pas au détriment des sanctions. Mieux vaut tempérer votre ferveur que de voir un enfant pour un mauvais comportement. Et vous ne devriez pas être pressé d'atteindre votre objectif. Des actions déraisonnables peuvent avoir des conséquences imprévues.

Motiver les enfants intrinsèquement, pas de manière extrinsèque

Le comportementalisme enseigne aux enfants à rechercher les motivations externes à se comporter de manière souhaitable. Il a été dit que les récompenses et les punitions avaient préséance sur la disposition naturelle d'un enfant à faire ce qui était juste parce qu'il reposait sur des facteurs extrinsèques (éléments externes utilisés pour nous motiver) plutôt qu'intrinsèques (un facteur de motivation interne et généralement un sentiment de bien-être). qui vient sur nous lorsque nous choisissons de faire quelque chose) des facteurs de motivation.

De nombreuses recherches sur les lieux de travail ont montré que les personnes ne réussissent pas mieux quand on leur propose des facteurs de motivation extrinsèques. Étonnamment, cela inclut de l’argent, un meilleur bureau, un meilleur titre ou des certificats.

La recherche en milieu de travail suggère que les gens se comporteront de manière souhaitable sur leur lieu de travail quand ils se sentiront heureux. Les gens se sentent heureux au travail quand ils se sentent valorisés et quand ils ont le contrôle de leur vie.

Le contrôle de la vie s'appelle agence. La plupart des recherches révèlent que les personnes qui ont une agence sont plus heureuses et plus productives.

De même, chez les enfants, le pouvoir est la capacité d’exercer un certain contrôle sur ce qu’ils font. À bien y penser, les enfants ont très peu de contrôle sur leur vie. Leurs parents ou leurs gardiens déterminent la majeure partie de leur journée - quand ils mangent, ce qu'ils portent, quand ils peuvent sortir, quand ils restent à la maison, quand ils font la sieste, à peu près tout.

Bien qu'il existe de graves problèmes de sécurité chez les enfants, nous pouvons assouplir notre approche et leur donner plus de liberté de manœuvre. L'effet est susceptible d'être plus heureux enfants qui se sentent plus en contrôle et sont plus susceptibles de travailler avec nous pour s'assurer que tout le monde est heureux.

Kid se venge ou échappe au devoir

La punition doit également être évitée, car elle fait en sorte que l'enfant se sente inutile. Certains enfants se sentent blessés et certains sont capables de se venger.

L'enfant ne doit pas être réprimandé, car dans un état de désespoir, il peut se nuire et nuire à autrui. Tu devrais essayer:

  1. Sélectionnez cinq qualités qui distinguent le caprice et le font aimer encore plus. Cela nous aidera à surmonter notre propre ressentiment envers l'enfant désobéissant et à passer à l'étape suivante.
  2. Rétablissez la relation avec l'enfant de toutes les manières possibles. Vous n'avez pas besoin de vous rappeler de problèmes pendant un moment jusqu'à ce que le désir de vous offenser soit terminé.

Vous avez remarqué que l'enfant prouve avec insistance qu'il est faible, stupide, maladroit et qu'en fait, il évite de plus en plus les tâches ménagères? Il exige la pitié et la compassion, mais renonce facilement à ses obligations? Les modèles comportementaux peuvent alors être les suivants:

  1. Nelzya continuera à se sentir désolée pour l'enfant alors qu'il prend l'habitude d'atteindre son objectif de façon triste. À l'âge adulte, il continuera d'être «impitoyable» et déprimé.
  2. Nelsya créera une situation dans laquelle un enfant dit qu'il ne peut rien faire.
  3. Placez un objectif simple devant lequel vous pouvez réussir, puis rendez le travail plus difficile.

C'est difficile d'être bon et strict en même temps, mais ça vaut la peine d'apprendre. Vous devez accepter et aimer l'enfant pour qui il est. Vous ne pouvez pas lui donner une excuse pour enfreindre ses droits parentaux, mais vous ne pouvez pas le forcer à faire ce qu'il ne veut pas faire. Cela vaut la peine de montrer qu'un enfant se retrouve parfois seul dans des situations déplaisantes, mais vous êtes toujours prêt à l'aider.

Mais nous ne pouvons pas donner la liberté aux enfants, ce serait le chaos!

Vous lisez probablement ceci et pensez, avec horreur, que nous ne pouvons pas faire confiance aux enfants pour avoir le contrôle de leur vie. Après tout, ils jouaient avec des couteaux, s’allumaient le feu / le chien / la maison, jouaient avec les plaques à gaz ou couraient sur la route.

Les enfants ont besoin de limites. Ils ont besoin de savoir ce qui est sûr (jouer dans la sécurité de leur cour) et ce qui est dangereux (couteaux, poêles, routes, immoler le chien). Dire à un enfant qu’il ne peut pas faire quelque chose de dangereux n’est pas la même chose que de le punir. Au lieu de cela, vous pouvez suivre ces étapes:

Arrête le comportement. Si l'enfant est sur le point de courir sur la route, ramassez-le et tenez-le. Si l'enfant est sur le point de faire mal au chien, tenez sa main et retirez l'arme, le cas échéant. Si l'enfant est sur le point de toucher le foyer, éloignez-le. S'ils sont grossiers, vous devez également les arrêter.

Dites quelque chose comme «une action est dangereuse, je ne vous laisserai pas faire». To use the running on the road example, you would say, “Running onto the road is dangerous, I won’t let you run onto the road.” Or, if they’re rude, you can say, “What you just said was hurtful, I won’t let you be hurtful to me/your sibling/someone else.”

They might cry, prepare for that. Et ça va. I cry when I get a speeding ticket, but it doesn’t stop the offence being recorded.

If they are crying, try to listen to them and reassure them we’ve heard they’re upset. After all, they’ve just had their agency compromised by our concern for their safety. You could say something along the lines of, “I hear you have some big feelings about my stopping you from whatever it was.” If it was the hotplate example, you could say, “I hear that you really wanted to see what the hotplate felt like, but I can’t let you touch it as it will burn you.” If they were being rude, you could say, “I know you don’t mean to be hurtful, but saying things like that can make people sad.”

We need to help our children develop discipline, but we can do this without compromising their sense of self and their agency. It is about following the golden rule of life, “How would I want to be treated if I was in my child’s position?”

The Essay on Foster children and family resilience

. social problems such as teen pregnancy, adolescence suicide, and drug abuse that frequently affect parents in the process of bringing up children are . expertise in addressing issues in treatment of foster care families. It allows families to view their behavior as both a dysfunctional and . Growth in the Teenage Years. Basic Books, Inc. 1984. New York McCarthy, John D. and Dean R. Hoge. (1984). Le .

American Family Physician, 84-89. Gelles, R.

J. & Straus, M. A. (1988).

Intimate violence. New York: Simon & Schuster.

Spare the child: The religion roots of physical punishment and the psychological impact of physical abuse. New York: Knopf. Marion, M. (1982).

Primary prevention of child abuse: The role of the family life educator. Family relations, 31, 575-582. Parke, R. D. (1982).

Theoretical models of child abuse: Their implications for prediction, prevention and modification.

In: R. H. Starr (ed. ) Child abuse prediction: Policy implication. Cambridge: Ballinger Publishing Co. Proverbs, 13: 24.

The Holy Bible. King James Version. Sears, R. R.

, Maccoby, E. C. & Levin, H. (1957).

Patterns of child rearing. Evanston: Row, Peterson and Company. Straus, M. A.

Beating the devil out of them: Corporal punishment in American families. New York: Lexington Books. Straus, M.

A. , Gelles, R. J. & Steinmetz, S.

Behind closed doors: Violence in the American family. New York: Doubleday. University of Alabama. (1998)…

Williams, G. J. (1983).

Child abuse reconsidered: The urgency of authentic prevention.

Journal of clinical psychology, 12, 312-319. Zigler, E. F. & Hall, N.

W. (2000) Child development and social policy: Theory and applications. Boston: McGraw-Hill.

Communication with a child without reproach or irritation

Most modern psychologists agree that a child should be accepted and loved regardless of his or her behaviour. Pampering is a signal, but not for punishment, but for changing one's own behavior.

If a son or daughter do something with interest and pleasure, it is better for mom or dad to leave them alone, relieving them of the comments, shouting and punishment. But there are cases when children's behavior can cause irreparable harm, such as health. Then the parent's help is mandatory, and it's better to start by saying, “Let's do it together…”.

So it's hard to leave children without punishment if they don't remove toys? If you have long since adopted a friendly tone of communication, the previous rules will apply.

For growing up, a child needs to be responsible for making mistakes when facing the consequences of his or her bad actions or inactions. It is the task of parents to give them the opportunity.

In cases where a child is quite satisfied with their actions, but you understand their recklessness, share your experiences in a way that is accessible to them. It is not necessary to speak about terrible sins and bad behavior, it is better to speak about the feelings, applying the form of the first person.

Education without punishments is an opportunity for each parent to reconsider own behavior and to understand that the conflict arises only because of misunderstanding.

For example, it is enough to realize that some things are impossible or difficult for a child to do.

Is it worth scolding a one-year-old child who doesn't know about the dangers of sockets? It is better to make the source of temptation inaccessible to the child.

As well as the circumstances, it is possible to change one's expectations: they should be commensurate with the child's abilities. Sooner or later, every parent has to learn how to get rid of their own experiences.

Methodology of the Orthodox psychologist

Psychologist T. Shishova, who develops a strategy for raising a child taking into account Orthodox traditions, believes that punishment should be present in family practice. But this is a special punishment – with love.

Penalties, which are also considered as a form of punishment, should be strictly dosed. Excessively narrow frames of the permitted one may lead to riots sooner or later. On the other hand, the absence of a ban leads to the most serious childish sin – the lack of respect for the parents.

Family punishment should be consistent: the same misdemeanor should not only be repressed when the parents are in the right mood. It is recommended that the list of allowed “sins” be discussed in the family council and agreed upon so that the child does not manipulate the parents' attitude towards their offenses.

Punishment can also occur in physical form. Up to five years of age, you can use a light slap on the butt, especially for easily excitable children who have an increased need for bodily contact.

In heavy duty, it is not a sin to use a belt. And a boycott can be considered a measure of last resort for a naughty bully. The only restriction is that punishment is applied only in rare cases, then it is more effective.

Counsels of modern psychologists

Inspiring to the reasoning of domestic and foreign psychologists and educators, we cite 8 rules of conduct for parents, who instead of punishment prefer to establish trusting relationships with the child, proposed by the practitioner psychologist E. Rosinska.

  1. The child should not take an adult reasonable person out of balance. An adult understands the meaning of his or her actions and those of others, so he or she is not irritated by children's caprices. Shouting and whims is a manifestation of weakness that allows a little manipulator to win and get his or her way.
  2. Evalue a child positively, don't humiliate him or her. Always evaluate actions, not personality, and give a harmless but clear definition of behavior.
  3. Use an unusual reaction to the child's disobedience, surprise, and then turn the situation around to get what you want. Surprisingly, it will shift the child's attention, reformat communication.
  4. If the child's demands are not harmful, it is better to gently agree with him rather than continue to insist. In this way, the child will feel the support of the mother or father, will understand that they are being listened to and heard.
  5. In communication with a capricious child, it is better to use logic and arguments rather than a categorical prohibition without explaining the reasons. Later on, this will allow to create a harmonious relationship of mutual trust.
  6. Teach the child also to argue his or her demands, to negotiate, to make concessions. This is the way to further socialisation.
  7. Give your child the opportunity to accept the ban, do not demand obedience immediately. Violating this rule, you can traumatize your child's self-esteem and provoke a more categorical opposition to adult solutions.
  8. It is worth learning to trust the child's opinion, to listen to him/her, to discuss problems together, to seek compromises.

Much as the advice of psychologists and educators may seem simple, it is much more difficult to put them into practice.

Building a relationship of trust with a child, upbringing without punishment – this is a hard daily job, and should be done above all on yourself.

But the result of this tireless work – understanding and a friendly family atmosphere – will allow your baby to become a successful and happy person.

How to bring up children happy and reveal their intellectual and creative potential? The result is guaranteed!

All children are born geniuses, 9,999 out of every 10,000 children of this genius will soon be carelessly deprived of this genius by adults

Buckminster Fuller/strong>

When children are small and lack the time and energy for everything – work, home, school, their hobbies and hobbies of children – we often snap at our young children. Now my kids have grown up and I'm very sorry about these moments. Many people ask questions:

  • How to raise a child without shouting and punishment?
  • How to raise a child happy?
  • How to develop a child's intellectual and creative potential?
  • How can I make a child confident?

There is one secret in education that will help answer all these questions at once.

Introduction

This article can fundamentally change your parenting principles and make your children happy and successful. Just don't be afraid to start raising your children in a different way than everybody else

Began writing this article and remembered the interesting story of the taxi driver who took me home after work. I dreamed of taking a nap on the road, but when I listened to it, I realized that this story was worth the attention. I think it might even pretend to be the 2nd epigraph of the article and it would be very appropriate to bring it right at the beginning of the article.

Agedtaxi driver: “I'm old, but I'm still working and only now I understand why. I made an irreparable mistake: I wasn't raising my children right… When I was young, I had a Jewish friend, and our apartments were on the same site.

He, like me, had two children. His wife didn't work for him. But the apartment was always a mess, though. Because she was in charge of the kids. Their daughter played the violin and their son was taken to extra math lessons.

When I visited them, I didn't understand why she didn't make the kids wash the dishes and do the cleaning. They were always doing stuff like plasticine sculpting, painting, carving. My mother used to praise them all the time: “How talented you are”.

Although the drawings and “sculptures” were, in my opinion, so to myself.

My wife worked in the house, but we always had order in the house. She used to make kids scrub the apartment and do the dishes all the time. And what's the result? My daughter works as a dishwasher in a restaurant. My son's a taxi driver. What about my roommate? He and his wife live in Paris, where their daughter plays in some famous orchestra. And their son is a famous mathematician, lives and teaches in America.

One word: the most profitable investment – in their children!”

How do you tell the story? Impressive? Starik concluded about the benefits of “investment” in children in terms of obtaining then a safe and carefree old age.

But this is just the just a by-product (but nice) product of the overall result of the “right” upbringing using the wise secret of Jewish families.

This wise secret is passed down from generation to generation. I think that's the secret of upbringing that makes children of Jews much more successful and happy.

Want to know the secret and use it in the upbringing of your children?

This secret is in the boundless love for your children, in creative freedom, in the constant praise of the child on any occasion (you are the smartest, most beautiful!), as well as in love and respect in the relationship between father and mother. This education inevitably leads to self-confidence, knowledge, lack of complexes, leadership, and overrated self-esteem (in a good sense).

At 7 wise rules of Jewish families, how to raise a child without shouting and punishment, in love, creativity and freedom

  1. Protection of children from complexes. The mother will never say, “You're a bad person. And he'll say, “How could a good child like that do this irrational thing?!” Jewish families know how to make a child confident. “The child has absolutely no shortcomings” is the standard position of parents in Jewish families.

If there are shortcomings, then no one will know about them, including the child himself. Unrestricted freedom with reasonable restrictions. In Jewish families, children walk on everybody's heads. Jewish parents consider a child's freedom to be a special “upbringing”, the air that the child needs.

Restrictions begin only if the child exceeds the limits of what is acceptable. For example, you can pour a bottle of Mom's perfume on the doll, and even lipstick paint Dad's passport, but you can't hit Grandma on the head. This approach is very similar to raising children in Japan under 5 years old.

I think you've heard that up to 5 years old Japanese mothers treat their children like kings, they are allowed to do everything absolutely and no one makes any comments, neither parents nor strangers. This system is very conducive to the development of children. In Japan, there's even a saying about the importance of early development: “It's too late after 3:00”. Permanent praise for the child, even for the smallest of successes.

Parents praise the child from birth: “How beautiful you are! He's so talented! He's so smart!” Praise sounds even on the smallest occasions and the slightest successes and achievements. And most importantly, in front of everyone. Getting used to noticing all the good things about your children can radically change their behaviour.

  • Parental responsibility. The Jews know that the smallest misdemeanor or bad word of parents can have incorrigible consequences. This is why parents are constantly inspiring their children with responsible behaviour and examples.
  • Respect and love in the family is inherited.

    Children have seen their father's attention to their mother and mother to their father since childhood. When a child sees his parents living in love, he feels protected. It's another way to raise a child with confidence. Parents' behavior is a role model. He will create the same love relationship in his family.

  • Training to be parents.

    A girl from childhood is taught that her main career is family and home. In aspiration to bring up successful children, the Jewish sages have created system of education. It is available in Israel at parenting courses. Successful parenting, as we see it, begins with educating and teaching oneself how to be “mum and dad”.

  • Teaching children to manage time wisely. Children are accustomed to the fact that it is normal to be constantly busy with interesting business. That's why they don't know what laziness and “nothing to do” are. They're always busy with a little bit of English, violin, math.
  • Someone has the gift of “right” child-rearing talent

    We have found that these principles of “right” child-rearing in Jewish families are passed down from generation to generation. But there are also families (of other nationalities :)) in which the father and mother have an intuitive parenting talent.

    They “know” that raising children correctly means raising them in love. Figuratively we can say that they are born geniuses – mozarts in education .

    Often they are not familiar with the theory of pedagogy, but do everything “right”.

    I am lucky – such people include my parents. We always had a free, happy atmosphere of love in our family.

    Parents have been telling my brother and I since we were kids that we were talented, that everything would work out, no matter what we did. We were also allowed everything, there were no prohibitions.

    This trust even made it impossible to deceive parents and do something “wrong”.

    This is the kind of “upbringing concept” that my husband and I transferred to our children.

    They were allowed to build houses all over the apartment – turn the chairs over, cover the chairs and tables with blankets, on the closet my Volodya arranged for them to “halabuda”.

    We did it all intuitively because there was no internet at the time, and we knew nothing about the free upbringing of children in Japan under 5 years of age and about the permissibility of children in Jewish families.

    But not only Mozart's upbringing but also salieri

    You've probably seen your mother dragging your little son or daughter by the hand to kindergarten, the child crying and yelling at him because she's late for work.

    Or another situation. One kid accidentally pushed the other and he cried. What's Mom doing? She starts scolding her son, “You're a bad boy! Why did you hurt that good boy?!”

    When a child starts going to school, nothing changes. In the evening after work, the “tired” mother continues to yell at the child for a comment in her diary or for lessons not done.

    If this happens all the time, the child inevitably develops a low self-esteem.

    American psychologist Abraham Maslow (Abraham Maslow, Wikipedia), unfortunately, tells us that 96% of the people who were “crippled” by their education were such “crippled”. And only 4% are people who have a need for self-fulfillment and achievement of their goals

    Emotional Abuse Child Teachers Physical

    . psychological signs of physical abuse. Psychological signs may include extreme wariness of parents or adults, . behaviors with peers, norms and past behaviors of their students. Therefore, teachers are an important role in reporting cases of child abuse .

    Discus the Relationship of Atticus to His Children. Compare This with a Parent/Child Relationship.

    . his children. Compare this with a parent/child relationship. Atticus Finch is a single parent and . every day for a month as his punishment. Jem and Scout have the biggest . When Christmas time came, Atticus’s family got together for dinner. Earlier that .

    Overweight And Obesity Children Health Physical

    . children and families spend their time (child care, school, workplaces, home, local neighbourhoods), of free time for physical . higher incidence of overweight and obesity in children of parents of particular backgrounds, 3 and maternal education .